Valérie Pluta

Pour ce second défi photo ouvert à tous les photographes, Mode Ouverture et Thibaut Froehly ont proposé de réaliser une série de 9 images, au format carré, illustrant le thème « La poésie du quotidien...». 

Valérie Pluta est notre coup de coeur pour ce défi photo.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 

Petite, déterminée, perfectionniste sont trois adjectifs qui me décrivent sans doute bien.

J'habite un petit village du Sud du Territoire de Belfort. J'enseigne les sciences physiques dans un établissement en REP+ et la photographie est devenue petit à petit une échappatoire à un travail de plus en plus prenant mais pas toujours aussi satisfaisant et gratifiant que je le voudrais.

J'ai toujours aimé les arts visuels avec un intérêt pour la photographie assez précoce. Mais ce sont les voyages et les souvenirs que je voulais en garder qui m'ont amenée tout doucement vers la photographie. Quand je dis tout doucement, c'est parce que j'ai pris mon temps avant d'oser en faire... D'abord en mode tout automatique, j'ai progressivement appris grâce à plusieurs livres didactiques que je pouvais avoir une influence grâce aux réglages de mon appareil sur l'image qui allait en sortir. J'ai commencé avec un appareil reflex d'entrée de gamme puis un compact expert pour diminuer l'encombrement mais très vite j'ai ressenti ses limites et suis passée à appareil hybride (Fujifilm XT3) beaucoup plus satisfaisant. Aujourd'hui, je visionne beaucoup d'images (livres, expos, internet sont des sources inépuisables) et je pense que cela m'aide à progresser.

Mais ce qui a surtout été déterminant pour moi, c'est d'apprendre lors d'une expo en Normandie que des clubs photos existaient et qu'il y en avait forcément un près de chez moi. Bizarrement, je pensais que la photographie était un monde de professionnels. Dès mon retour de vacances, je me suis inscrite au club photo d'Etupes où j'ai rencontré des gens passionnants, passionnés et qui m'ont encouragé dans ma démarche. Au fil de mes rencontres, j’ai découvert l’association Mode Ouverture qui m’a accueilli en son sein et qui m’a permis de travailler sur ma créativité et aller chercher en moi des ressources que je ne soupçonnais pas.

Aujourd’hui, il me reste encore beaucoup de travail. Je suis débutante en ce qui concerne le post traitement et l’apprentissage par moi-même reste long et semé d’embuches. J’ai, par exemple, encore du mal avec le noir et blanc que j’adore mais dont l’impression et le rendu sur papier n’est pas toujours conforme à ce que j’en espérais suite à ma vison sur l’écran de mon ordinateur... 

J’aime différents styles en photographie et suis un peu touche à tout. Je n’arrive pas encore à déterminer ce qui me convient le mieux. Tellement de choses me plaisent !

Je doute toujours beaucoup de mes photographies : de leur qualité, de leur pertinence, de leur intérêt. Alors aujourd’hui, le fait que mes photos aient plu m’encourage à poursuivre, petit à petit. Mes amis et ma famille m’encouragent aussi beaucoup et leur avis m’est précieux.

 

Pour ce défi photo vous avez choisi d'envoyer une série très dynamique, pleine de pep's. Comment avez-vous eu cette idée ? 

La période que nous vivons actuellement n’est pas très gaie, il faut bien le reconnaître. Entre la morosité ambiante liée à ce fichu virus et la morosité météorologique de l’hiver, j’avais envie de couleurs et de gaieté. C’est ce que j’ai essayé de faire dans cette série. J’y ai ajouté une touche de graphisme parce que j’aime beaucoup les lignes et les courbes en photographie.

 

Comment avez-vous crée vos images et déterminé leur ordre de placement ? 

Je n’avais pas beaucoup de temps libre pour faire cette série. J’ai donc décidé de la faire dans ma cuisine avec le matériel à ma disposition. J’ai fouillé mes placards et mon frigo à la recherche d’objets colorés et amusants que je pourrais mettre en scène.

J’ai commencé par l’image en noir et banc que j’ai décidé de placer au centre et d’encadrer de couleurs vives. J’ai ensuite essayé de faire un dégradé de couleurs style arc-en-ciel (même si la suite des longueurs d’onde n’est pas tout à fait respectée !)

J’ai utilisé un objectif à focale fixe : 35 mm (équivalent 50 mm) f :1,4

 

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans la réalisation de ce défi ? 

Le manque de temps pour faire les choses exactement comme je le voulais:

- ces maudits « tic-tac » qui refusaient de tenir alignés correctement,

- le peu de luminosité avec un soleil qui jouait à cache-cache derrière de nombreux nuages alors que ma seule source de lumière était une fenêtre,

- se rendre compte que je n’avais pas en stock de feuille colorée rouge pour faire le fond et vite chercher un palliatif, un tissu, mais qui créait des reflets dont je n’arrivais pas à me débarrasser,

- les petits pois qui en décongelant trempaient ma feuille de papier et créaient des auréoles.

Rien de bien grave en somme mais du stress en voyant les heures défiler. Et je n’étais même pas sûre que ce que je faisais était bien dans le thème de la poésie, pff ….

 

Quelles étaient vos motivations por participer à ce défi photo ?

J’adore les défis photographiques ! Et je crois que je suis assez masochiste pour aimer le stress qu’ils m’imposent… J’ai adoré le premier et je me suis bien amusée avec celui-ci. J’aime la démarche intellectuelle qui se cache derrière un défi et la démarche artistique qui va la mettre en valeur. Le format carré que j’affectionne et la scénographie imposée par celui-ci convenaient bien à mon esprit scientifique.