Zoom sur la nature (Juillet 2021)

La nature à toujours été une source d’inspiration pour les artistes en tous genre.

Pour cette exposition, Mode Ouverture a invité 4 femmes photographes à venir nous faire découvrir leurs points de vues : Stéphanie ALZON, Maryse DRUEZ, Estelle GOERIG et Monique POIRRIER nous proposent, chacune dans un registre différent, leur vision de la nature. Laissez-vous guider dans leurs univers à travers ces interviews croisées.

1°) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et nous détailler votre pratique photographique ?

Stéphanie ALZON : me sentant assez proche de la dénomination « Photographe de Nature », j’ai dès mon plus jeune âge toujours eu à cœur d’immortaliser par la photographie le vivant qui m’entourait, animal, élémentaire ou végétal. J’apprécie particulièrement de me laisser surprendre par les richesses de notre environnement proche. Dans mes déplacements je suis bien souvent idéalement accompagnée de mon Reflex Nikon D850 et téléobjectif 200/500 f5,6. Dans un souci de discrétion je sollicite fort peu la rafale. Aussi, pour éviter tout dérangement et fidèle à une photographie éthique, je pratique l’affût pour les espèces sensibles en ayant préalablement défini le cadrage idéal pour le rendu recherché. Ma pratique s’est intensifiée depuis 3 ans et, dans un même temps, je constate que je déclenche de moins en moins, toujours avec le même plaisir mais en sachant davantage ce que je souhaite obtenir et profitant de l’instant. Le tout mêlant curiosité, émerveillement et respect.

Maryse DRUEZ : belfortaine, la photo fait partie de mon quotidien, avec un pic ces six dernières années. Je pars en quête d'images avec une idée précise, merveilleusement agrémentée sur place par des surprises offertes à un œil en éveil et par la magie de la lumière ambiante.

Estelle GOERIG : je vis dans le sud de l’Alsace et cela fait 3 ans que la photographie est devenue une véritable passion. C’est un moyen d’expression qui me permet de m’épanouir à travers la création. Les images font aussi partie de mon quotidien professionnel puisque je travaille pour une marque de puzzle. Quasiment toutes mes photos sont faites dans la nature, près de chez moi. J’aime faire ressortir ce que l’on ne voit pas au premier coup d’œil, comme des formes qui se dessinent sur l’eau ou de simples feuilles d’arbres éclairées par le soleil. Souvent minimalistes ou abstraites, mes photos revêtent un caractère poétique, comme si la nature était une prose que je m’efforçais de mettre en vers.

Monique POIRRIER : avant l’époque du numérique, je pratiquais la photo documentaire, familiale et carte postale. Depuis 6 ans, je découvre les possibilités de création qu’offre la photo numérique. Très opportuniste, je photographie essentiellement la nature, source d’inspiration infinie. J’aime bien avoir dans mon sac un téléobjectif, un objectif macro et un grand angle.

 

2°) Pourquoi avoir choisi de vous exprimer sur cette thématique ?

Stéphanie ALZON : la Nature est l’élément au sein duquel je me sens le plus à ma place, comme intimement liée, et pour lequel je souhaite témoigner afin de sensibiliser le grand public au fonctionnement de ses lois et à la nécessité de la préserver, chacun à sa mesure et selon ses possibilités. Je suis convaincue que le monde peut changer si chacun y met du sien, en commençant par adopter des gestes éco-responsables. Activement bénévole auprès d’associations de sauvegarde de la faune sauvage (Centre Athénas), je suis persuadée de la nécessité d’éduquer les nouvelles générations au respect de la biodiversité. En outre, durement touchée par une maladie neuromusculaire invalidante (Lyme) je suis restée longuement alitée et contrainte de voir défiler les saisons au travers d’une porte-fenêtre. J’ai ainsi désormais plaisir à partager toute la beauté qu’il m’est permis de voir à ceux qui n’ont pas la possibilité d’y assister en direct. Je considère comme un privilège de me mouvoir à ma guise sans souffrances et d'être témoin de scènes inoubliables et fortes en émotion. J’éprouve une profonde gratitude pour les enseignements prodigués par la Nature. Elle représente pour moi le plus sacré des temples.

Maryse DRUEZ : La Nature étant propice aux sentiments, je recherche cette vie fragile et émouvante dans mes images. Comment ignorer les cadeaux proposés par la Nature ? Précieux abécédaire avec lequel écrire en lumière et en images ses impressions personnelles et souvent éphémères.

Estelle GOERIG : j’habite à la campagne depuis toujours, je suis donc très proche de la nature. Enfant, mon aire de jeux se trouvait aux abords des ruisseaux et des rivières. Aujourd’hui, je fais des balades photos en forêt, dans les prés ou au bord de l’eau. Tous les jours, je me laisse porter vers de nouveaux coins de nature qui « m’appellent ». La nature, si précieuse, est un besoin vital pour moi. Je fais de mon mieux pour la préserver et mon travail est une manière de la remercier.

Monique POIRRIER : un mur taggué de l’expression « On y va », suivi du texte de la très belle chanson de Alain Bashung « le secret des banquises », ouvrent cette expo sur 3 points de suspension… Questions et doutes, environnement et incertitudes, réalités et idéaux, noir et blanc et couleurs, grand angle et macro, campagne et ville : j’aime bien montrer entre tous ces opposés que la nature correspond aussi à une recherche de l’essentiel dans notre monde.

 

3°) Que vous apporte la nature au quotidien et dans votre activité photographique ?

Stéphanie ALZON : la Nature au quotidien m’apporte équilibre, joie et sérénité. Un recentrage vital sur l’essentiel. Dans mon activité photographique la nature est un support privilégié, ses fabuleuses lumières, les trésors d’émerveillement dont elle recèle… un studio à ciel ouvert où la vie s’exprime libre et fluide. Cela offre une multitude de possibilités, notamment en restant ouvert à l’inattendu et en prenant le temps d’observer. La nature permet également des échanges intenses et profonds avec le sujet photographié, parfois le bonheur simple d’un échange de regard, une émotion fugace ou pérenne. Dans mon activité photographique j’aspire à rendre hommage à ces instants et les retranscrire au plus juste de mon ressenti.

Maryse DRUEZ : La nature a ce pouvoir de nous rééquilibrer, de rester zen, en harmonie. Pour cette exposition, ma série s'intitule « Jardin secret, déambulation poétique » et grâce à des surimpressions, des flous provoqués, mes photos-nature sont prétextes à la rêverie comme dans un voyage immobile. Mes textes les accompagnent, en livrant mes états d'âme.

Estelle GOERIG : en plus du sentiment de liberté que je ressens dans les forêts et les grandes étendues, la nature me permet de me déconnecter et de m’apaiser lors des moments difficiles. C’est particulièrement au lever du jour et près des lacs que je retrouve ces atmosphères de tranquillité. L’apparition de la brume et les teintes de la lumière subliment ce que je vois et m’offrent des spectacles pleins d’émotions. La nature est réellement ma source d’inspiration, elle m’aide à créer des photographies poétiques, sereines et douces.

Monique POIRRIER : la nature fait partie de mon quotidien et l’appareil photo n’est qu’un outil pour m’apporter des yeux supplémentaires. Ma balade photographique me permet alors de faire un arrêt temporel et spatial pour passer de l’autre côté du mur et pousser la porte qui mène à un autre monde : celui qui me plaît et où je me sens bien.